Présentation d'une étude scientifique à un colloque international

Date de l'actualité: 
27/10/2014

La population de moules perlières (Margaritifera margaritifera, Linnaeus, 1758) de la haute vallée de la Vienne (Limousin) est relativement bien connue et présente une forte diversité génétique.

Une étude menée en partenariat avec Limousin Nature Environnement qui anime le Plan Régional d'Action et le laboratoire CEFE de Montpellier a été présenté à Brest le 27 novembre 2014, lors du Colloque international organisé par Bretagne Vivante, et ce devant plus de 150 gestionnaires de toute l'Europe. Cyril LABORDE, animateur du site Natura 2000 a présenté les résultats d'une méthode scientifique permettant de dénombrer et d'évaluer l'évolution de la population de Moule perlière sur une rivière large comme la Vienne.

Les suivis passés ont mis en évidence une métapopulation occupant plus de 65 km de linéaire sur le cours d’eau principal. La découverte de 19 pavages et de 140 stations de moules groupées est remarquable. Sur un secteur de 15 km étudié plus finement nous avons estimé une population d’environ 4 017 individus (+/- 199), la plus petite moule perlière découverte mesurant 1,8 cm et la proportion de juvéniles avoisinant les 40 %, cette population apparaît comme fonctionnelle.

La région présentant un très fort enjeu de conservation pour l’espèce, nous avons souhaité suivre la dynamique de population sur la Vienne amont à moyen terme (au moins 10 ans).

Sur ce site, nous avons mis en œuvre ce suivi en 2 étapes :

- Estimation de la détectabilité de l’espèce ;

- Suivi de population par une méthode de comptages répétés qui permettent à l’aide de modèles statistiques récents (N-mixture) d’estimer les abondances tout en corrigeant les difficultés liées à la détectabilité

 

Les objectifs de ce travail sur le bassin de la Vienne amont sont de :

- déterminer la détectabilité de l’espèce sur la Vienne dans des conditions fixées ;

- déterminer la taille « réelle » de la population en présence par cette méthode sur 1 saison ;

- déterminer l’évolution de la population en effectif sur 10 ans au moins ;

- déterminer les taux de recrutement, de mortalité avec précision….

 

Lors d’un passage au bathyscope les intervenants arrivent devant un même obstacle : le dénombrement des Moules perlières par cette méthode donnent des résultats très variables dans le temps et souvent incohérents (Groupe mulette Limousin, com. Pers. 2012).

Nous avons donc réalisé ce suivi par comptage multiples, sur un échantillonnage aléatoire systématique comprenant 86 tronçons de rivières de 20 mètres linéaires, sur lesquels nous avons fait 3 passages en dénombrant l’abondance de Moules observées.

Des méthodes modernes d’analyse de données (N-Mixture) nous permettent alors un suivi à long terme permettant de mettre en évidence la dynamique de cette population.